Epica

Nom du groupe : Epica
Pays : Hollande
Style : Gothique Symphonique Metal
Label :Transmission Records
Site officiel : www.epica.nl

Composition du groupe :
Chants : Simone Simons [2002]
Chants, guitare : Mark Jansen [2002]
Guitare : Ad Sluijter [2002]
Basse : Yves Huts [2002]
Batterie : Jeroen Simons [2002]
Clavier : Coen Janssen [2002]

Précédents membres du groupe :
Chants : Helena Iren Michaelsen [2002-2002]
Batterie : Iwan Hendrikx [2002-2002]

Biographie :
Dans ce groupe c'est Mark Jansen qui est à la fois au four et au moulin.
Pour info je rappelle que de 1995 à 2002 il faisait parti d'After Forever où il était à la fois chanteur et guitariste.
Dans Epica cela va plus loin encore : il y joue de la guitare, compose les mélodies, écrit les chansons et assure une partie des chants. Son inspiration lui vient principalement de ses nombreux voyages et de son attrait pour les autres cultures. On note d'ailleurs qu'il porte beaucoup d'intérêt aux cultures arabes.
Cet attrait est apparemment partagé par tout le groupe qui en profite pour partir souvent en tournées afin d'amasser le plus de nouvelles expériences possible.

En fait Mark sentait qu'il n'avait plus trop d'avenir avec son ancien groupe, il n'avait plus la possibilité de laisser libre cours à ses envies créatrices. Ainsi dès qu'il en a eu l'occasion il est parti sur un nouveau défi.
Des auditions furent lancées et on réfléchit à un nom pour le groupe. A la base ce dernier devait être Sahara Dust (son petit faible pour les cultures arables comme cité plus haut), mais dès les premières semaines de 2003 le nom d'Epica fut définitivement entériné.
A cette époque, alors qu'il se cherchait encore, le groupe avait pour chanteuse la norvégienne Helena Iren Michaelsen (qui appartenait également à Trail of Tears), mais très rapidement le choix de Simone Simons, jeune chanteuse hollandaise très prometteuse, s'imposa.

Le groupe se stabilisa autour de la formation suivante :
Coen Jansen au clavier, Ad Sluijter à la guitare, Jeroen Simons à la batterie (Ad et Jeroen venant tous deux de Cassiopeia) et Yves Huts à la basse (ce dernier venant pour sa part d'Axamenta).

Leur premier album fut enregistré au studio Gate à Wolfsburf en Allemagne, sous la conduite du producteur renommé Sacha Paeth (pour la petite histoire ce dernier a également bossé pour l'opéra Metal Aina, Rhapsody, Kamelot, Angra, en somme que de grosses références).
Dès le premier morceau on se rend compte de la diversité des instruments utilisés. « Adyta » est une intro qui donne dans le classique et est chantée en latin. Le groupe travaille avec un ch½ur conventionnel ainsi que 8 instruments à cordes pour donner plus d'originalité au résultat : 3 violons, 2 altos, 2 violoncelles et une contrebasse. Bien sûr le tout est dominé par la voix de mezzo-soprano de Simone Simons qui s'accorde parfaitement avec le côté classique des morceaux. On notera également qu'Epica apprécie beaucoup les contrastes marqués entre instruments. Ainsi on notera les oppositions entre les guitares bien sonores et les chants et cordes très cristallins. La même chose se produit entre la voix d'ange de Simone et celle très gutturale de Mark. Tous ces aspects sont particulièrement visibles dans « Sensorium » où le duel classique / Metal est omniprésent.

Une des grandes ambitions d'Epica est de toucher profondément son auditoire par ses textes et ses mélodies. Le groupe a d'ailleurs été lui-même très marqué (comme tout le monde en fait) par les évènements du 11 septembre et les changements qui en ont résulté. Le morceau « Façade Of Reality » en est la preuve.

Au final une petite explication sur le nom du groupe lui-même. 2 raisons sont à son origine.
Premièrement c'est un hommage à Kamelot dont tout le groupe est très fan (et oui Epica est le nom d'un des albums de Kamelot).
Deuxièmement Epica est censé être le lieu où toutes les réponses aux questions vitales sont trouvées (attention là on décolle ... )
Et dernièrement, raison bonus, lors d'un récent concert en Belgique, comme d'habitude le public a à un moment scandé « E – pi – ca, E – pi – ca » et de l'avis de tous cela a très bien rendu . Le groupe s'est alors dit qu'il ne s'était pas trompé quant à son nom.


The Phantom Agony (Juin 2003)
Consign to Oblivion (Avril 2005)
The score (aout 2005 )

Extrait à écouter ici : sensorium

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.166.141) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Forster

    15/03/2006

    et leurs concerts c'est pas de la merde! Sont monstrueux, on s'emmerde pas une seconde, les musiciens sont hyper sympas. et le show est tout simplement superbe! Vive Epica!

  • une fan depica

    02/01/2006

    le must des must!!!

  • fish

    10/11/2005

    une fille d'une beauté a pleurer, avec une voix toute pareil
    je les ai vu en live au fury, et meme si cété pas longtemps, j'ai pris une sacré claque!!!!!!!!!!!
    un peu dégouté de pas avoir put les voir en concert a Strasbourg

Report abuse