in memorium

Johan : Guitare Rythmique et Chant
Tanguy : Basse
Cédric : Guitare Lead
Yvon : Batterie et Synthés
Zul : Chant Lead


Depuis 1998, IN MEMORIUM redécouvre avec une passion dévastatrice les horizons du Dark Black Métal mélodique.

Chronique de Resurrection
In Memorium, voila un groupe qui porte bien son nom. Certains passages de cette démo resteront bien gravés dans vos mémoires, pour peu que vous y prêtiez une oreille attentive. Mais parlons tout d'abord de ce groupe. Un groupe qui, même s'il n'en est qu'à sa première démo, n'est pas pour autant une formation si récente, car In Memorium écume le milieu Metal depuis 1998 et jouit d'une réputation qui commence à dépasser le cadre de l'underground. Diffusant leur dark black à tendances mélodiques aux côtés de groupes reconnus (Apostasia, Furia, Taliandörögd, et bien d'autres encore...), le combo breton semble avoir acquis une grande maîtrise de son potentiel, comme en atteste cette démo.

Intéressons-nous donc à cette composition... « Resurrection » débute de façon plutôt agressive par un « Mortem annimalum » des plus entraînants. Riffs de guitares, chant agressif et nappes de claviers discrètes, nous voilà en terrain connu, c'est du pur black sans concessions, simple et efficace. Mais il ne faudrait pas commettre l'erreur de croire que les talents d'In Memorium se limitent à ça, et le deuxième titre, « Resurrection », s'empresse de nous le rappeler. Débutant en douceur par un chant clair (qui nous permet au passage d'apprécier la palette vocale de ce groupe) et une musique presque atmosphérique, cette chanson ne serait pas reniée par Arcturus, de par sa façon de sombrer dans la noirceur. Le calme laisse peu à peu la place à un dark mélodique de très bonne facture, qui devrait convaincre les plus sceptiques. Arrive ensuite « Immortelle déchéance », qui finira définitivement de lever les appréhensions de l'auditeur. Après avoir écouté ce titre, on le sent : on tient bien quelque chose, le potentiel et les idées sont là. Plus besoin de réfléchir, il ne reste qu'à se laisser prendre dans cette splendeur lugubre, cette œuvre black parfaitement aboutie et aussi glaciale que l'étreinte de l'hiver. Noirceur, violence, calme glauque se succèdent pour former une pièce de presque 7mn condensant toutes les émotions du black metal. A près cela, un quatrième titre paraît superflu... Mais « Lilith », s'il ne fait pas preuve d'autant d'originalité que son prédécesseur, tire toutefois son épingle du jeu en offrant à l'écoute un black parfaitement efficace. Mais après « Immortelle déchéance », est-il encore possible de douter du potentiel d'In Memorium ? Cela semble difficile...

Voilà un groupe en qui on a envie de croire, un groupe sincère et talentueux. Laissez-vous donc porter par cette musique, offrez votre âme à In Memorium pendant ces 21 minutes, vous ne le regretterez pas.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.45.10) if someone makes a complaint.

Report abuse